dimanche, juillet 3, 2022

13 février 1843 Le président Jean-Pierre Boyer chassé d’Haïti

w.w.w.Herodote.net
Le 13 février 1843, le président haïtien Jean-Pierre Boyer est chassé du pouvoir. Il s’enfuit en Jamaïque puis en France. Après avoir assuré pendant 25 ans une relative stabilité à Haïti, première république noire des Temps modernes, ce président mulâtre est vaincu par une rébellion des paysans noirs du sud, les « Piquets ».

Haïti en quête d’une complète indépendance

 

Quand Jean-Pierre Boyer prend le pouvoir, le 29 mars 1818, la jeune république d’Haïti est réduite (comme aujourd’hui) à la partie occidentale de l’île d’Hispaniola, Madrid ayant rétabli en 1814 sa souveraineté en 1814 sur la partie orientale de l’île.

Haïti est elle-même divisée en deux, le nord sous l’autorité d’Henri Christophe, le sud et la capitale Port-au-Prince sous l’autorité d’un mulâtre, Alexandre Pétion. Jean-Pierre Boyer succède donc à ce dernier. Puis il profite du suicide de l’autre chef haïtien, Henri Christophe (le « roi »Henri Ier), le 8 octobre 1820, à Cap-Haïtien, pour réunifier l’ensemble de l’ancienne colonie française.

Là-dessus, les Espagnols se voient chassés de leur colonie par une révolte locale. Le 30 novembre 1821, les colons blancs proclament leur indépendance sous le nom de Haïti espagnol. Mais Jean-Pierre Boyer ne leur laisse pas le temps de savourer leur triomphe. Il envahit le territoire et le réunit à Haïti. Toute l’île ne forme désormais plus qu’un seul État.

Le président haïtien doit encore traiter avec le gouvernement de Charles X. Le nouveau souverain français  se montre avant tout désireux de solder la Révolution qu’il a en horreur. Après avoir fait voter la loi du « milliard des émigrés » (630 millions de francs-or octroyés aux émigrés spoliés par le gouvernement révolutionnaire), il veut que soient aussi indemnisés les planteurs spoliés par le gouvernement haïtien après la défaite de l’armée de Leclerc et le massacre des blancs par Jacques Dessalines.

Les négociations traînent en longueur. Le 11 juillet 1825, enfin, sous la menace d’une escadre de 14 vaisseaux et 500 canons, Jean-Pierre Boyer se résigne à signer un traité avec la France. Celle-ci reconnaît l’indépendance de la colonie en échange d’une indemnité de 150 millions de francs-or qui sera plus tard ramenée à 90 millions. Les Haïtiens vont l’acquitter par échéances jusqu’en 1888 !

Prenant prétexte de cette indemnité dans laquelle ils voient une forme de protectorat de la France sur Haïti, les États-Unis et les jeunes États latino-américains refusent de reconnaître la république noire.

Le poids de la dette

L’année suivante, le 1er mai 1826, Jean-Pierre Boyer tente d’instaurer un nouveau Code rural en vue de faire rentrer dans les caisses de l’État les ressources indispensables au paiement de la dette. Il veut attacher les paysans à leur terre et leur imposer des quotas de livraison à l’État. Défi impossible car, sous les gouvernements précédents, les grandes et prospères plantations de canne à sucre ont été partagées entre les paysans, réduisant l’île à une agriculture de subsistance.

Très pauvres, les populations noires des campagnes s’indignent d’être taxées par un gouvernement mulâtre au profit de l’ancienne puissance coloniale.  Il s’ensuit différentes révoltes au fil des années, jusqu’à la dernière, qui éclate le 27 janvier 1843 et chasse Jean-Pierre Boyer du pouvoir.

Le 27 février 1844, la population créole (blanche et métisse) de la partie orientale de l’île, de langue espagnole, profite de la crise politique pour s’émanciper et proclamer son indépendance. C’est ainsi que naît la République dominicaine, aussi appelée Saint-Domingue (Santo Domingo), du nom de sa capitale.

Descente aux enfers

Après le renversement de Jean-Pierre Boyer et la sécession de la partie orientale de l’île, la bourgeoisie mulâtre des villes s’arrange habilement avec les chefs de la rébellion.

Plusieurs vieux militaires noirs se succèdent à la présidence de la République, laissant la réalité du pouvoir aux mulâtres. Le processus dérape avec Faustin Soulouque (65 ans), porté à la présidence en 1847.  Deux ans plus tard, cet admirateur de Napoléon Ier réussit à s’imposer comme… empereur sous le nom de Faustin Ier.

Faustin Ier est renversé et chassé dix ans plus tard. Ses successeurs républicains sortent l’île de son isolement diplomatique en concluant un concordat avec le Saint-Siège en 1860 et en établissant enfin, en 1862, des relations diplomatiques avec les États-Unis d’Abraham Lincoln, champion de la lutte contre l’esclavage.

Dans le même temps, la bourgeoisie mulâtre reconstitue à son profit un régime de plantations et s’enrichit de l’exportation du café cependant que les paysans retombent dans un régime de travail forcé qui n’est pas sans rappeler l’esclavage. Ce nouvel ordre social est cependant bousculé par les paysans en armes du nord de l’île, les « Cacos », qui entretiennent l’agitation.

La république d’Haïti sombre alors dans une instabilité sanglante dont elle n’est pas encore sortie.

Alban Dignat
- Advertisement -spot_img

More articles

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisement -spot_img

Latest article

%d blogueurs aiment cette page :
Antilla1

GRATUIT
VOIR